AOP Figue de Solliès : Continuer à développer une production d’excellence

Publié le 25 juillet 2022

Frédéric Gandin (à gauche) et Cyril Kointz (à droite), respectivement président et responsable technique du Syndicat de la Figue AOP de Solliès, aux côtés du maire de Solliès-Pont, André Garron, fidèle soutien de l’appellation. © G. Lantes

Face au changement climatique et aux problématiques phytosanitaires, le Syndicat de défense de la Figue de Solliès poursuit une action dynamique. Le but?? Valoriser au mieux le terroir et le savoir-faire qui font le succès de l’appellation.

Grâce à l’obtention de l’extension de l’AOP Figue de Solliès aux fruits destinés à la transformation, l’appellation a vu son tonnage doubler l’an dernier. Une belle satisfaction pour le syndicat de défense de l’AOP, qui portait cette démarche depuis de longues années. “Nous voilà premier fruit congelé sous appellation de France?!”, applaudit son président, Frédéric Gandin, lors de la dernière assemblée générale de l’Organisme de défense (ODG).

Un potentiel de production à développer

Cette réussite n’a pas échappé à nos collègues producteurs qui étaient hésitants à rejoindre notre syndicat et à financer son fonctionnement. Justement, ces cotisations nouvelles permettent un renforcement de notre structure, avec un plus grand autofinancement et la possibilité d’engager des démarches plus ambitieuses”, poursuit-il.

En 2022, neuf nouveaux producteurs totalisant sept hectares de figuiers sous appellation ont rejoint les rangs du syndicat, qui compte désormais 120 ha en production. “D’ici trois ans, dix à quinze hectares supplémentaires vont entrer en production”, annonce Cyril Kointz, responsable technique du syndicat d’appellation.

Le développement du potentiel de production de la Figue de Solliès est une mission essentielle pour l’ODG, qui fédère 97 adhérents. Dans cette optique, une demande de modification du cahier des charges a été soumise à l’INAO en 2021, en vue de rendre obligatoire la déclaration de la totalité des vergers de bourjassotte noire de l’aire d’appellation en AOP. Si le comité national de l’INAO n’a pas pu donner de suite favorable au dossier, Damien Lucchini, représentant de l’antenne locale de l’institut, invite à privilégier le plan de contrôle, de sorte à alerter les autorités compétentes sur d’éventuels écarts entre les déclarations de surfaces et les volumes revendiqués en AOP. “Malheureusement, on n’est pas toujours maître des décisions. Mais nous restons très attentifs aux chiffres”, assure Frédéric Gandin dans le même esprit.

Le syndicat reste aussi mobilisé pour accompagner les nouvelles plantations et accueillir de nouveaux adhérents. Et ses responsables suivent de près les projets de Zones agricoles protégées (ZAP) en cours sur le secteur. Trois sont actuellement en réflexion, sur l’intercommunalité Vallée du Gapeau, ainsi que sur les communes du Pradet et de Cuers. “Ces zones devraient favoriser le développement des volumes, car la Figue de Solliès reste la valeur sûre de son territoire”, espère Cyril Kointz.

Moyens accrus sur les problématiques techniques

Le volet technique occupe également de plus en plus le syndicat. La productivité est une préoccupation majeure face aux aléas du climat et à la multiplication des problématiques sanitaires. Ainsi, l’ODG est à l’avant-garde sur de nombreux dossiers. À commencer par celui du charançon noir du figuier depuis qu’il a été découvert sur l’aire d’appellation, en 2019. Si le ravageur n’a été identifié en AOP que sur la Vallée de Sauvebonne, il est désormais présent sur tout le pourtour méditerranéen. “Le badigeon reste d’actualité. On sait que le coût d’application est important, mais c’est la seule barrière de prévention efficace. On continue, en parallèle, la recherche sur les solutions curatives, en partenariat avec la société Vegetch. Le champignon Beauveria bassiana est un bon moyen de lutte, mais il faut continuer à travailler sur l’attractif”, indique Cyril Kointz à ce chapitre. Le syndicat engage ainsi 14 000 € pour tester huit phéromones en laboratoire, avant d’essayer les plus performantes sur des parcelles infectées, dans un second temps. Des tests d’application du Beauveria sous forme liquide sont également programmés à l’automne, avec l’aval de la DGAL.

Des essais grandeur nature sont également menés pour améliorer le protocole de lutte contre la cochenille, avec un produit homologué en agriculture biologique, et le syndicat poursuit ses travaux sur le piégeage massif de la mouche de la figue.

L’ODG travaille par ailleurs à l’homologation sur figue de produits, pour lutter contre la rouille du figuier et la pourriture grise. Un nouveau lépidoptère visiblement responsable de dégâts sur le secteur de Beaulieu, à Solliès-Pont, est d’autre part en cours d’identification.

Afin d’anticiper les épisodes de gel tardif à répétition, le syndicat va enfin conduire des essais sur des solutions permettant au végétal de monter en température avant un épisode de gel.

Une promotion dynamique

Pour valoriser au mieux la Figue de Solliès, un plan de promotion ambitieux est décliné chaque année. Pour 2022, l’AOP participera à l’émission ‘Petits plats en équilibre’, au mois de septembre. De plus, l’ODG investit dans les réseaux sociaux, dont la gestion a été confiée à une intervenante spécialisée. Dans le cadre d’un partenariat avec la communauté de communes de la Vallée du Gapeau et la Chambre d’agriculture du Var, la réalisation d’un film promotionnel est aussi en réflexion. Le syndicat a par ailleurs initié un dossier important : l’inscription de la confiture de figues de Solliès AOP au Concours général agricole.

Frédéric Gandin insiste également sur la travail engagé depuis de longues années en local avec des partenaires historiques, s’émouvant, tout comme le maire de Solliès-Pont, André Garron, du manque de figues lors de l’édition 2021 de la réputée Fête de la Figue. “Nous avons la chance d’avoir une superbe Fête de la Figue et une Confrérie qui participent activement au rayonnement de notre emblématique appellation. Restons unis et déterminés, afin que notre Figue de Solliès soit toujours la plus belle”, défend-il pour conclure.

Gabrielle Lantes

 


Autres productionsFigueAOP Figue de Solliès Syndicat de défense de la Figue de Solliès assemblée générale 2022 Frédéric Gandin Cyril Kointz