Chambre d'agriculture : porter haut les ambitions de l’agriculture varoise

Publié le 27 novembre 2019

La session de la Chambre d’agriculture était accueillie par le maire de La Londe, François de Canson.

Le 18 novembre à La Londe-les-Maures, la session de la Chambre d’agriculture est venue éclairer les perspectives de la nouvelle mandature qui se concentre, entre autres, sur l’accompagnement technique, l’installation, le foncier et l’irrigation.

En place depuis mars dernier, l’équipe de Fabienne Joly a profité de cette session d’automne pour présenter les projets et orientations à l’œuvre depuis l’élection du début d’année. “Des recrutements sont faits, la préfecture nous fait confiance et, dès cette fin d’année, les premiers résultats de nos investissements se concrétisent : le rythme de signatures des conventions s’accélère, les prestations progressent... Nous sommes satisfaits de ces premiers résultats”, entame la présidente de la Chambre d’agriculture.

Comme elle s’y était engagée, “tous les syndicats - Jeunes agriculteurs, Coordination rurale, Confédération paysanne - participent à nos réunions de bureau, et les échanges sont constructifs. Au plus tout le monde est impliqué, au mieux c’est”, apprécie-t-elle.

Renforcement de l’accompagnement technique

Conforment, là encore, aux engagements de campagne, les services de la chambre consulaire se réorganisent autour d’un pôle ‘technique’ et d’un pôle ‘territoires’, en s’appuyant sur de nouveaux recrutements. D’ores et déjà, une nouvelle responsable d’équipe en arboriculture et maraîchage a été accueillie en cette fin d’année, et un renfort en viticulture devrait arriver, dès janvier 2020. “Nous avons, par contre, dû repousser le recrutement d’un responsable élevage 2021, car nous avons un départ à combler”, précise le secrétaire général de l’institution consulaire, Sébastien Perrin.

“Progresser sur notre offre d’accompagnement technique, c’est aussi disposer d’un cadre de travail adapté”, souligne d’autre part Fabienne Joly. Le projet de construction d’une nouvelle antenne - les locaux de celle de Vidauban, revendus à la commune, étant devenus trop exigus - reste donc plus que jamais d’actualité. L’idée d’un déménagement au Cannet-des-Maures est désormais abandonnée, en raison “des nombreuses difficultés liées à la construc­- tibilité du terrain”, précédemment acquis dans le cadre de ce projet. Celui-ci a été repensé en lien avec le Centre du Rosé. Il prévoit deux unités en proximité et des espaces mutualisés, sur une surface de plancher totale de 2 200 m², dont une partie dédiée au Centre du Rosé, une autre à l’installation des services viticulture, environnement et installation de la Chambre d’agriculture.

Le coût de l’opération, incluant l’achat d’un terrain – que Fabienne Joly espère à Vidauban –, est chiffré à 7,6 millions d’euros (M€), dont 4,42 M€ à la charge du Centre du Rosé et 3,18 M€ pour la Chambre d’agriculture. La revente du terrain de Sainte-Maïsse, au Cannet-des-Maures, doit financer l’acquisition d’un autre site d’implantation.

Installation et foncier comme préalables

L’installation de nouveaux agriculteurs et le développement du foncier agricole sont deux autres axes majeurs de la Chambre. “Sans installation, pas d’avenir”, rappelle ainsi sa présidente, en mettant l’accent sur la collaboration avec le syndicat des Jeunes agriculteurs en la matière. Soulignant “la belle réussite du programme ‘Ambition installation’”, mis en place l’an dernier, elle explique : “Le premier objectif est d’identifier les porteurs de projet, pour pouvoir les accompagner le plus en amont possible. Le deuxième est de donner envie aux jeunes de se lancer”. Avant de poursuivre : “Ce que je retiens avant tout, c’est que ce projet nous a permis de créer une vraie dynamique transversale autour de l’installation, regroupant les lycées, la Safer, la banque, avec le Crédit Agricole, et les assurances Groupama. Et, bien sûr, les JA, qui sont la cheville ouvrière de ce programme. C’est de cette façon que je souhaite travailler, car il n’y aura pas de développement durable de notre agriculture sans une vision partagée et un travail coordonné entre les OPA”.

Gabrielle Lantes


Les représentants de l’agriculture varoise ont remis leur profession de foi au préfet.

OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre d'agriculture installation foncier irrigation