Château La Lieue : un lien fort au terroir et au territoire

Publié le 05 octobre 2021

Julien Vial, représentant de la cinquième génération de vignerons du Château La Lieue, est depuis peu ambassadeur du concours des Vins de la Foire de Brignoles. © G. Lantes

A Brignoles, le domaine de la famille Vial entretient un lien fort au terroir. Un engagement à maintes reprises récompensé par le concours des vins de la Foire de Brignoles, dont Julien Vial est aujourd’hui ambassadeur.

Au cœur du terroir de l’AOC Coteaux varois en Provence, Château La Lieue est une affaire de famille où l’on cultive le lien au territoire. Julien Vial y perpétue savoir-faire et tradition avec authenticité. “J’ai la chance d’être la cinquième génération à avoir cette passion pour la terre, la vigne et le vin”, introduit-il. L’histoire débute avec sa bisaïeule, Baltide Philomène, dont le nom est aujourd’hui celui d’une cuvée déclinée en rouge et rosé. Veuve d’un soyeux lyonnais, elle revient auprès de sa famille, dans les environs de Carcès, au décès de son mari, et achète les terres où s’enracine l’exploitation familiale, à la fin des années 1870. Jean Vial, le grand-père de Julien, puis Jean-Louis, son père, en feront un véritable outil de travail. Le domaine, qui s’étend sur 300 hectares, compte aujourd’hui quelque 75 ha de vignoble.

Julien commence à y travailler en 2000 avec son père, deux ans après que ce dernier ait pris le virage de l’agriculture biologique. “à l’époque, ça paraissait un peu farfelu pour la plupart des gens, mais nous étions convaincus. En parallèle de la conversion du vignoble, il a fallu opérer une réorganisation commerciale. Papa vendait encore une bonne partie de la production en vrac. Développer le marché de la bouteille a demandé pas mal de travail, même si le cœur de notre métier et sa richesse restent la production et la transformation”, se souvient le vigneron.

Histoires de Foire

Profondément ancré au terroir, il s’emploie, comme ses aînés avant lui, à en tirer le meilleur dans ses vins. Et cet engagement est reconnu de longue date par de nombreuses médailles, parmi lesquelles celles du concours des vins de la Foire de Brignoles. “La Foire de Brignoles est ancrée dans la vie de tous les Brignolais. La famille y a toujours pris part. Je me souviens, quand j’étais petit, que mes parents y avaient un stand sur l’allée qu’on appelait marchande, où il y avait des restaurants et des producteurs. Maman vendait des bouteilles et des ballons de vin, et papa faisait des allers-retours pour réapprovisionner le stand en fonction des besoins. C’était vivant, joyeux et pendant cette période de pré-printemps, on vivait au rythme de la Foire. Quand nous n’avons plus eu de stand, nous avons participé à l’animation de celui de l’AOC des Coteaux varois en Provence”, raconte Julien Vial.

La famille est ainsi fidèle à la Foire et à son concours des vins. En témoignent les nombreux diplômes, de ce qui était alors la ‘Foire exposition des vins de Provence’, qui ornent fièrement un pan de mur du caveau de vente, aménagé dans les années 80, dans l’ancienne bergerie du domaine. Les premières médailles remontent aux tous débuts du concours, créé en même temps que la Foire, en 1921, et récompensent les vins rouges de Louis Vial, l’arrière-grand-père de Julien. “J’ignore combien de médailles on a eu depuis, mais je crois que l’on n’a pas manqué un concours”, souligne le vigneron. Bien sûr, les vins ont évolué. Si la production de rouge, chère au Château La Lieue, avoisine encore les 30 % de la production totale, la naissance de l’AOC Coteaux varois en Provence et l’explosion des rosés de Provence ont marqué des tournants importants.

Un ambassadeur du concours des vins

Pas féru de concours, Julien Vial est pourtant tout particulièrement attaché à celui de Brignoles. Il en est même devenu récemment l’ambassadeur pour les cinq années à venir. “C’est important, car la Foire est au départ agricole. Pendant un temps, ce volet s’est étiolé, d’autres intérêts sont entrés en jeu au gré des changements de la société. Mais depuis quelques années déjà il y a une véritable volonté de revenir à cet ADN agricole. Il faut pousser dans ce sens”, estime-t-il. Son père a, dans cet esprit, contribué activement, aux côtés de l’ancien président de la Chambre d’agriculture, Claude Bonnet, à la relance, en 2017, de la journée de démonstration agricole, qui ne pourra malheureusement pas avoir lieu cette année, la Foire ayant été reportée en fin de vendanges à cause du Covid. Julien Vial entend, quant à lui, être acteur du renouveau du concours des vins. “Le concours a évolué en même temps que la Foire. Un temps un peu désuet, il a pourtant survécu quand la Foire s’est éloignée de l’agriculture pour devenir plus ‘grand public’. De gros efforts sont faits depuis plusieurs années pour le faire reconnaître au niveau auquel il doit être. On voit d’ailleurs beaucoup de domaines qui n’y participaient plus y revenir”, observe-t-il.

Avant de poursuivre : “Le macaron de la Foire de Brignoles signifie quelque chose. Il a été redessiné à la demande de la profession. Aujourd’hui, le visuel est plus qualitatif et plus attractif. C’est important pour les vignerons qui investissent beaucoup sur le packaging. Puis, le panel de dégustateurs s’améliore aussi, c’est essentiel. Cela représente beaucoup de travail pour les organisateurs et il faut que les professionnels s’impliquent encore davantage. Tout ceci participe à la montée en gamme de nos vins. Il y a une bonne dynamique et il faut persévérer.” Pour Julien Vial, le concours participe à la notoriété des vins et inversement. “Plusieurs enquêtes montrent qu’une médaille est un argument de vente. Je pense que c’est d’autant plus le cas en grande distribution, où le consommateur n’a que peu d’informations sur le vin qu’il achète. Un macaron a donc un rôle, et Brignoles a sa place parmi les concours qui méritent d’être reconnus”, défend-il encore. “Notre viticulture est un véritable atout pour Brignoles et pour le territoire de la Provence verte, où il a cette même dynamique de valorisation des terroirs. La notoriété du concours de la Foire est bénéfique pour tout le monde”, insiste-t-il.

Gabrielle Lantes


Le blanc de la cuvée ‘Tradition’ a été distingué d’une médaille d’or au concours des vins de la Foire de Brignoles. © G. Lantes

ViticultureJulien Vial Foire de Brignoles concours des vins de la Foire de Brignoles