Cluster Rosé de Provence : une dynamique collective renforcée

Publié le 29 juillet 2020

La journée d’intelligence collective, que le Cluster a organisée, en décembre dernier, a permis de faire émerger de nouveaux projets. © GL

L’association Cluster Provence Rosé – qui réunit une quarantaine d’entreprises de l’amont et de l’aval de la filière viti-vinicole – multiplie les projets pour porter le développement de la viticulture provençale et de ses opérateurs.

Coronavirus, taxe Trump et aléas climatiques font de 2020 une année compliquée pour la filière vin. Dans ce contexte difficile, le Cluster Provence Rosé entend continuer à créer des liens et des synergies entre les différents acteurs de la Provence viti-vinicole. “Nous traversons une période délicate. Pour le rosé de Provence, ce n’est pas complètement la catastrophe. La filière fait preuve de résilience et de créativité, individuellement et collectivement. Il existe une dynamique très positive“, souligne Éric Paolini, président du Cluster, qui travaille depuis sa création à y contribuer. “C’est la raison d’être de notre réseau : porter l’excellence dans nos métiers et développer des projets communs innovants“, rappelle le chef d’entreprise.

Dans cette perspective, l’association s’attache notamment à valoriser les différents métiers du vin en Provence. Elle collabore dans ce sens avec l’École de la deuxième chance (E2C) de Brignoles, la Kedge Business School ou encore le CFPPA, afin de recenser et d’aider à l’organisation de formations. Le Cluster travaille aussi régulièrement avec Pôle emploi et les Missions locales du territoire, afin de promouvoir la diversité et l’attractivité des carrières professionnelles de la filière, qui peine encore trop souvent à recruter des collaborateurs qualifiés. L’an dernier un nouveau partenariat a par ailleurs été conclu avec l’Union patronale du Var (UPV) pour travailler sur les questions de la formation et de l’emploi en particulier.

Et, pour mieux faire rayonner la filière sur le territoire, le Cluster porte les ‘Trophées de l’innovation du vin en Provence’, initialement programmés cette année, dont la première édition a dû être reportée à avril 2021, en raison de la crise sanitaire. Ces trophées viendront mettre en lumière les meilleures innovations des entreprises qui fournissent la filière vin en Provence. “Il s’agit de mettre un coup de projecteur sur nos entreprises et notre région. L’initiative sera accueillie par la Foire de Brignoles“, présente Éric Paolini.

Des projets tournés vers l’environnement et l’agroécologie

À l’issue de la démarche d’intelligence collective conduite l’an dernier en interne, le Cluster s’est également donné pour mission d’accompagner la transition écologique de la filière. Un groupe ‘sol vivant’ a d’ores et déjà été créé sur les réseaux sociaux. Le but est “d’œuvrer à la résilience de la viticulture provençale face à l’impact des chocs climatiques sur la production“, explique Stéphan Reinig, responsable du projet. Le groupe travaille, entre autres, sur l’enherbement et la mise en place d’un bilan de calcul humique.

Le Cluster prépare enfin l’organisation d’assises de l’agroécologie, dont l’objectif est de rassembler la profession autour d’informations, solutions techniques et scientifiques et de partages d’expériences. L’évènement doit, lui aussi, être organisé l’an prochain, dans le cadre de la Foire de Brignoles. La Foire – résolue à mettre l’agriculture au centre de sa prochaine édition – doit également accueillir le salon vitivinicole que le Cluster souhaite créer en Provence. Celui-ci aura vocation à promouvoir les métiers du vin auprès des jeunes, en facilitant la rencontre entre chercheurs d’emploi et recruteurs.

Enfin, plusieurs entreprises du Cluster restent associées à la construction d’une filière de consigne de bouteille, en partenariat avec l’association Éco-Provence. Les deux structures devraient d’ailleurs, à l’avenir, collaborer à l’élaboration d’un guide écologique des emballages.

C’est en échangeant et en continuant à mener des actions que nous nous développons. Face à la pression sociétale que nous connaissons, nous travaillons aussi à la défense de nos métiers et à la réconciliation de notre filière avec le grand public“, conclut Éric Paolini.

Gabrielle Lantes


ViticultureCluster 'Rosé Provence' viticulture rosé