Crédit Agricole Provence Côte d'Azur : “Nos équipes restent plus que jamais mobilisées”

Publié le 02 juin 2020

Pour Andrée Samat, présidente du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur, l’engagement de chacun est essentiel dans la durée pour accompagner les professionnels dans cette période compliquée.

Présidente de la caisse régionale Provence Côte d’Azur du Crédit Agricole, Andrée Samat fait le point sur les actions de la banque pour aider ses clients à traverser une crise sans précédent.

Comment la banque a-t-elle fait face à la crise sanitaire ?  Qu’en est-il des prêts garantis par l’état au niveau de la caisse Provence Côte d’Azur, en particulier pour le secteur agricole ? 

Andrée Samat : “La première préoccupation de la direction générale était de mettre en œuvre les mesures de protection nécessaires pour que nos collaborateurs puissent travailler en toute sécurité, tout en maintenant notre activité au service de la clientèle. Les équipes ont, par ailleurs, su travailler vite et bien pour mettre en place la signature électronique, qui a permis de faire gagner du temps à tout le monde. Ce qui a été très apprécié en cette période inédite de crise.

Le dispositif de prêts garantis par l’état (PGE) a rapidement pris de l’ampleur. Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur (CA PCA) a accordé 4 900 PGE pour un montant de 438 millions d’euros aux différents professionnels du Var, des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence, dont 162 pour les agriculteurs pour 13 millions d’euros. 98 % des prêts présentés ont été accordés. Au-delà des PGE, en tant que première banque des agriculteurs avec plus de 70 % des parts de marché, nous sommes aussi là pour apporter du soutien, du conseil et différentes solutions. Ainsi, dès le 6 avril, ce sont au total 387 solutions de financement, PGE inclus, qui avaient déjà été lancées pour les agriculteurs.”

Quels sont les secteurs les plus impactés ? Quels sont les besoins qui remontent du terrain ?

A.S. : “63 PGE ont été accordés à des viticulteurs pour 5,8 millions d’euros. Ce début d’année 2020 est très compliqué pour la filière viticole. Déjà impactée par l’application de la taxe Trump sur les vins à l’export vers les états-Unis, notre viticulture a vu ses circuits de vente directe bloqués par la crise du Covid, sans compter la baisse générale de consommation, les difficultés logistiques et la saisonnalité des ventes de vin rosé.

La filière horticole a aussi subi cette crise de plein fouet, avec la fermeture des principaux points de vente en pleine période de la pivoine. Les producteurs de fleurs coupées, fierté de notre territoire, souffrent énormément.

La filière de transformation de fromages AOP, ainsi que les gros producteurs en maraîchage, qui ont perdu des débouchés importants et pour lesquels la vente directe était insuffisante à écouler leur production, sont aussi touchés.

Le rôle de nos conseillers est d’accompagner l’ensemble de nos clients et de les aider à traverser cette crise. Les professionnels ont surtout besoin de trésorerie pour payer leurs factures et leurs salariés. Il faut, par ailleurs, plus que jamais souhaiter que les consommateurs continuent de privilégier les circuits courts pour soutenir une agriculture locale et durable.”

Le Covid-19 impose de repenser son organisation. Qu’en est-il au niveau de la caisse régionale ? De nouveaux services (dématérialisés ou non) vont-ils voir le jour pour les agriculteurs ?

A.S. : “Il a fallu être réactif, adapter nos process à la mise en sécurité de tous, avec le travail à distance pour une partie de nos équipes. Les ressources humaines ont été très sollicitées pour épauler les personnels et nous n’avons pas du tout eu recours au chômage partiel. Quelle que soit la situation, tout le monde a perçu l’intégralité de son salaire. Le télétravail avait déjà été mis en place dans certains services, mais je pense que c’est quelque chose qui peut augmenter sans rompre le lien qui fait notre ADN. On apprend en marchant, mais on s’aperçoit qu’on peut être efficace et continuer à échanger en faisant moins de déplacements, ce qui représente aussi moins de fatigue, moins d’émissions carbone et un gain de temps. 

Il apparaît que le Crédit Agricole a été visionnaire en portant le projet stratégique d’une banque universelle de proximité où l’humain et le digital ne vont pas l’un sans l’autre. On voit en effet, en temps de crise, que c’est la responsabilité de chacun qui fait la différence. 

De nombreux services en ligne étaient déjà accessibles. On avait également mis en place la plateforme ‘J’aime mon territoire’ sur laquelle particuliers et professionnels peuvent proposer ou demander de l’aide. On a depuis lancé la plateforme Loop Market qui permet aux producteurs de mettre en ligne leurs stocks à écouler, qui valorise les circuits courts et l’évolution des modes de consommation en soutenant l’agriculture locale.”

Comment le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur aborde-t-il la reprise ?

A.S. : “On a joué la prudence avec la réouverture d’agences pilotes dans un premier temps. Depuis le 18 mai, toutes ont pu rouvrir, dans le respect des gestes barrières et avec le port du masque obligatoire. Tous les services à distance restent évidemment disponibles, et nous invitions nos clients à les utiliser. Mais les conseillers restent disponibles comme ils l’ont toujours été. L’ensemble de nos agents reste impliqué, et cela va durer, car nous avons bien conscience que la crise est loin d’être finie. La situation exige courage, humanité, discernement et engagement. Ce sont les valeurs portées par le Crédit Agricole. Nous avons plafonné les frais de dysfonctionnement, un point passerelle est ouvert aux personnes en grande difficulté. Nos équipes restent plus que jamais mobilisées, et je tiens à saluer l’attitude remarquable de notre directeur général, José Santucci, de son équipe de direction et de tous les hommes et les femmes qui incarnent le Crédit Agricole à tout instant avec fierté. Nous recevons de beaux retours de nos clients et c’est la meilleure reconnaissance pour le travail accompli par nos collaborateurs.” 

Propos recueillis par Gabrielle Lantes


OPA - Serv. publicsCrédit Agricole banque Covid-19 crise sanitaire prêts garantis par l'Etat