Créer des liens entre le monde du vin et les acteurs de l’emploi

Publié le 29 mai 2019

La visite du Château de l’Escarelle (ci-dessus) est venu illustrer les besoins des entreprises.

Face aux difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises de l’amont et de l’aval de la filière viticole, le Cluster Provence Rosé est allé à la rencontre des acteurs de l’emploi du département.

Association de fournisseurs de la production viti-vinicole provençale, le Cluster Provence Rosé s’est donné pour but de fédérer les acteurs de l’amont et de l’aval de la filière, dans l’objectif de soutenir et d’accompagner la production. Une vingtaine d’entreprises d’œnologie et de conseil, de packaging, marketing, d’embouteillage et de conditionnement, fournisseurs d’équipement et produits phytosanitaires sont aujourd’hui rassemblées au sein de l’association autour de préoccupations et objectifs partagés. L’emploi est l’un des axes de travail sur lesquels planche le Cluster. “Nous avons tous, adhérents du Cluster, une problématique commune qui est celle de trouver des salariés, et surtout des salariés qualifiés. C’était d’ailleurs à l’origine une des raisons de la création du Cluster”, explique Christophe Pennequin, directeur général de Racine SAP et secrétaire général du Cluster Provence Rosé.

Opération séduction

Le 30 avril dernier, l’association a donc organisé, conjointement avec la Région Sud Paca, une ‘opération séduction’ à destination des acteurs de l’emploi du département. La rencontre a rassemblé 18 participants. Conseillers de missions locales, de Pôle emploi, mais aussi représentant de l’Ecole de la deuxième chance de Brignoles, de la Chambre d’agriculture et de l’Agricampus du Var, réunis au Château de l’Escarelle, ont pu assister à une présentation des nombreux métiers du monde du vin, au sens large, avant de visiter les infrastructures du domaine, puis de découvrir l’unité de production d’Estandon Vignerons.  Pour le Cluster, l’objectif est “de développer l’attractivité de ces métiers, en les promouvant auprès des prescripteurs de formations”, et en mettant en avant leur diversité.  “L’idée était de présenter les différents emplois qui existent dans nos entreprises. Quand on parle de la filière agricole, on pense d’abord à la production, mais elle va bien au-delà. On a besoin dans nos entreprises de comptables, de logisticiens, des caristes, de techniciens spécialisés, de commerciaux… Nous avons de nombreux emplois différents dans nos entreprises”, souligne Christophe Pennequin.

Pour une meilleure adéquation des besoins et des propositions

L’échange a permis aux acteurs de l’emploi et aux adhérents du Cluster de mieux se connaître. “On se rend compte que ces professionnels de l’emploi n’imaginent pas toute la palette de métiers qui existe dans nos entreprises, comme nous connaissons, de notre côté, finalement assez mal les différentes structures qui interviennent pour l’emploi. Il y a une forme de méconnaissance mutuelle. Nous avons beaucoup de postes à proposer que l’on a du mal à pourvoir ; eux, ils accompagnent le public à la recherche d’un emploi et ont du mal à leur proposer des solutions. Finalement, il y a un manque d’adéquation entre les besoins et les propositions, car les uns et les autres, nous ne nous rencontrons pas”, commente Christophe Pennequin. Les emplois spécialisés sont particulièrement difficiles à pourvoir. Techniciens industriels de la cartonnerie ou de l’embouteillage par exemple, frigoriste, électromécanicien, mais aussi commercial sont des métiers en tension. “On a tous des difficultés à trouver des personnes formées un minimum pour les postes spécialisés. Il n’est pas simple non plus de recruter à des postes administratifs et comptables”, précise Christophe Pennequin.

Gabrielle Lantes


ViticultureCluster Provence Rosé viticulture emploi