Dephy Var Viticulture : éclairages sur les clés d’une pulvérisation réussie

Publié le 07 août 2020

À la nuit tombée, la lumière noire révèle la fluorescéine et permet d’apprécier la qualité de pulvérisation.

Mi-juillet, la Chambre d’agriculture du Var, en partenariat avec celle du Gard, organisait une soirée de démonstration de pulvérisation à la lumière noire afin d’accompagner les viticulteurs dans leurs choix et leurs pratiques.

Proposée dans le cadre du groupe Dephy Ecophyto en viticulture animé par la Chambre d’agriculture du Var, cette démo axée sur la pulvérisation répond au double objectif d’aider les professionnels à évaluer la qualité de pulvérisation et à optimiser l’utilisation des produits phytosanitaires. “On le voit cette année comme sur des millésimes précédents avec une forte pression de mildiou, la qualité de pulvérisation est essentielle pour assurer la bonne protection du vignoble”, introduit Marine Balue, cheffe du service cultures pérennes et environnement de la Chambre d’agriculture du Var, ce 16 juillet, à La Roquebrussanne.

La rencontre est accueillie par Cédric Chiapello, vigneron coopérateur de La Roquière en agriculture biologique et conversion sur 40 ha de vigne, et membre du réseau Déphy Var Viticulture. Créé en 2011 dans le cadre du Plan Ecophyto, le groupe varois rassemble aujourd’hui dix exploitations viticoles autour du projet collectif d’améliorer la qualité de la pulvérisation. Dans ce but, plusieurs thématiques de travail sont explorées : l’analyse du risque et les outils d’aide à la décision, les réglages des matériels ou encore l’optimisation des doses.
Accompagné par une conseillère viticole de la Chambre d’agriculture, chaque viticulteur met en place des essais répondant à ses contraintes et ses objectifs. Le groupe permet de partager les expériences et d’en mutualiser les enseignements. 

Dans le Var, les résultats du groupe montrent une nette évolution. En 2010, les exploitations engagées avaient un IFT moyen de 12,04 qui est passé à 7,09 en 2019. Collectivement, l’IFT a ainsi été diminué de près de 49 %. Le réseau Dephy a aussi vocation à diffuser plus largement ses résultats. Dans cette perspective, un partenariat a été mis en place avec le CFPPA de Hyères dont des élèves participent à des visites d’exploitations pilotes chaque année. Des démonstrations comme la soirée lumière noire La Roquebrussane sont aussi régulièrement organisées à destination des professionnels.


De multiples facteurs à prendre en compte

Afin d’apprécier de différents systèmes de pulvérisation, quatre types de pulvérisateurs ont été mis au banc d’essai dans les vignes de Cédric Chiapello : pneumatique, à flux tangentiel, face par face à jet porté et atomiseur à jet porté. Après application de fluorescéine, un produit neutre, une fois la nuit tombée, la lumière noire permet d’apprécier la qualité de pulvérisation.
Pour Renaud Cavalier, technicien de la Chambre d’agriculture du Gard, avec les ZNT riverains, la dérive est un enjeu majeur. La liste officielle des matériels homologués ZNT, qui permettent de réduire la zone de non-traitement, est d’ailleurs désormais un élément qui entre en ligne de compte dans le choix des matériels. Et la profession espère voir rapidement évoluer cette liste appelée à être régulièrement mise à jour. Réglages et conditions d’application sont aussi essentiels. Température et hygrométrie sont très importantes, rappelle Renaud Cavalier. Dosage et préparation de la bouillie sont également des étapes cruciales pour une pulvérisation réussie et économe en intrants. “On s’oriente à l’avenir vers un dosage à la surface foliaire plutôt qu’à l’hectare”, indique-t-il à ce chapitre.

Pour accompagner les professionnels, le label Pulvé devient, par ailleurs, la marque officielle de qualité “Performance Pulvé”. Basé sur les travaux scientifiques menés depuis des années par l’IFV et l’Inrae au sein de l’UMT Ecotech dans le cadre du projet Ecophyto, le nouveau dispositif permettra de garantir la performance environnementale des pulvériseurs viticoles grâce à un système de notation du même type que le nutriscore mis en place pour les produits alimentaires. Celui-ci donnera des indications quant à leur qualité d’application et leur potentiel en réduction d’intrants. Cette nouvelle classification doit être accessible sur le site internet www.performancepulve.fr fin août, début septembre. 

Gabrielle Lantes

 

Aide à l’investissement pour du matériel performant : c’est parti !

Le programme d’aide aux investissements pour l’acquisition de matériels permettant de réduire la dérive et/ou la dose de pulvérisation de produits phytosanitaire est ouvert depuis le 29 juillet. Doté d’une enveloppe de 30 millions d’euros pour accompagner la mise en œuvre des ZNT riverains, le dispositif est national et concerne toutes les productions végétales. Les dossiers peuvent être déposés par téléprocédure via le site de FranceAgrimer jusqu’au 31 décembre, dans la limite des crédits disponibles.
Buses et équipement d’application permettant de réduire l’usage de produits phytopharmaceutiques, ainsi que certains équipements de substituions à ces produits sont éligibles. Un demandeur ne peut déposer qu’une seule demande, mais celle-ci peut porter sur plusieurs matériels dans la limite de 500 euros minimum et 40 000 euros HT maximum de dépenses éligibles. Le taux d’aide est de 30 % ou 40 % en fonction du type de matériel et peut être majoré de 10 points pour les Cuma, ainsi que pour les nouveaux installés et les jeunes agriculteurs détenant 20 % du capital social.
Les dossiers sont traités par ordre de présentation, sur le principe du premier arrivé, premier servi. 



La démonstration était organisée à La Roquebrussane par la Chambre d’agriculture du Var en partenariat avec celle du Gard.

ViticultureDephy Var Viticulture Lumière noire