FDSEA du Var : La reconstruction est en marche

Publié le 10 avril 2019

À la tribune, le président des Jeunes agriculteurs du Var, Anthony Sénequier, la nouvelle présidente de la Chambre d’agriculture, Fabienne Joly, le vice-président de la FNSEA, Jérôme Volle, le secrétaire général, Sylvain Audemard, aux côtés du présid

Dopée par les résultats aux dernières élections Chambre d’agriculture, la FDSEA du Var tenait son assemblée générale, mardi 2 avril, à Puget-Ville. Elle a dressé, en présence du vice-président de la FNSEA, Jérôme Volle, le bilan d’une année syndicale chargée et les objectifs qu’il lui reste à atteindre.

“Il y a deux ans, lorsque le syndicat était en difficulté, nous avons fait appel à Antoine Pastorelli, qui a répondu présent”, souligne Fabienne Joly, vice-présidente de la FDSEA du Var et nouvelle présidente de la Chambre d’agriculture. Lors de cette assemblée, le temps était aux remerciements, à tous ceux qui se sont mobilisés pour accompagner le syndicat dans cette période délicate, notamment face à une liste adverse Jeunes agriculteurs. “J’aurais souhaité que cela soit différent”, rappelle Fabienne Joly, “mais c’est du passé. Désormais, nous apprenons à retravailler ensemble, pour construire ensemble l’avenir”. Et la présence du nouveau président des JA83, Anthony Sénequier, en est la preuve.

“Ce n’était pas gagné d’avance”, souligne Antoine Pastorelli. “Nous avons repris le syndicat dans une situation très compliquée. En deux ans, il a fallu remobiliser. Je remercie les ODG viticoles et horticoles qui nous ont soutenus, mais aussi le président des chasseurs. Il a été un soutien pour les élections, même s’il reste des soucis dans le nord du département pour les céréaliers, qui doivent installer, seuls, leurs clôtures.” Il rappelle que son mandat se termine l’an prochain, et qu’il passera la main aux jeunes. “D’ici là, il reste beaucoup à faire pour relancer les syndicats locaux.” Puis, il précise que janvier prochain connaîtra une nouvelle échéance électorale, pour la MSA cette fois-ci. “C’est une chance d’avoir une caisse professionnelle, il faut la défendre”, rappelle celui qui est également président de la caisse Provence Azur.

Ne pas loup...er sa cible

Dans son rapport d’activité, Sylvain Audemard, secrétaire général, égraine les dossiers syndicaux qui ont marqué l’année, et notamment celui du “loup y es-tu ?”. Un dossier qui devient critique, sachant que l’administration reconnaît, enfin, que le seuil des 500 loups en présence dans l’Hexagone est atteint. “Chez moi, il y est. Je le vois depuis 15 jours. Il est présent dans tout le Var. Nous attendons des décisions fortes du prochain arrêté, puisque le loup n’est désormais plus couvert par la convention de Berne.” Dans le Var, “les milieux se referment. Or le maintien du pastoralisme ancestral est essentiel”.

Autre animal de la discorde, la tortue d’Hermann : “Depuis juin dernier, nous attendons une avancée, mais comme pourrait dire le proverbe : “rien ne sert de courir, il faut partir à point”.

Les maraîchers ne sont pas non plus épargnés par les difficultés. “L’interdiction d’utiliser du Karaté sur céleri contre la mouche, avec effet rétroactif à janvier 2019, a entraîné une perte évaluée à 250 000 euros pour les producteurs de Hyères, dont le céleri a dû être broyé. Nous avons alerté les députés sur ce dossier. Pour la prochaine campagne, les semences doivent être commandées en mai : il nous faut rapidement une solution !” Toujours sur le dossier maraîchage, un producteur de Puget s’est ému de la concurrence déloyale induite par les divergences de soutien entre les Départements : “On voit de nombreux maraîchers des Alpes-Maritimes bénéficier du soutien financier de leur Département – qui malgré la loi NOTRe a choisi de soutenir cette activité –, puis venir cultiver dans le Var”, indique Stéphane Morfea. Une question à laquelle est sensible Fabienne Joly : “En attendant, nous faisons tout notre possible pour accompagner les maraîchers, pour qu’ils gagnent en compétitivité. Nous embauchons d’ailleurs à la Chambre d’agriculture, deux techniciennes sur cette filière. Nous cherchons également des solutions par territoire.” Elle espère ainsi que les actions, mises en place avec les communautés de communes, pourront bénéficier à la filière.

Magali Sagnes


OPA - Serv. publicsSyndicalismeSyndicalisme FNSEA Fabienne Joly Sylvain Audemard loup Jérôme Volle