Fleur coupée : des projets au service du collectif

Publié le 19 novembre 2021

À la tribune, Jean-Claude Véga, président de Phila-Flor, entouré des représentants de la Sica Marché aux fleurs, de la Chambre d’agriculture et de la mairie de Hyères. © G. Lantes

De l’accompagnement des entreprises à l’animation de projets collectifs, le groupement de producteurs de fleurs coupées Phila-Flor multiplie les actions au service de la production.

"Notre groupement est là pour accompagner les producteurs", rappelle Jean-Claude Véga, président de Phila-Flor. L’appui aux entreprises adhérentes est en effet l’ADN de l’association de producteurs de fleurs coupées du Var, qui accompagne les horticulteurs sur les aspects réglementaires, techniques et économiques.

Une mission d’autant plus essentielle que les contraintes de production vont croissantes. "Rien que sur les deux dernières années, la production a perdu une dizaine de matières actives. Et, malheureusement, les problèmes ne s’arrêtent pas à mesure que les produits disparaissent, bien au contraire", observe Christophe Massel, l’un des trois techniciens du groupement.

Au plus près des producteurs

Phila-Flor redouble donc d’énergie pour aider les producteurs de fleurs coupées à trouver des solutions alternatives. Agréé pour le conseil phytosanitaire, le groupement a réalisé l’an dernier plus de 300 préconisations pour 123 exploitations adhérentes. L’activité reflète l’importance économique de principales cultures. Ainsi 118 préconisations ont concerné les anémones et renoncules, dont plus de 15,9 millions de tiges ont été produites par les horticulteurs de l’association sur la campagne 2020-2021, 62 ont porté sur la pivoine (plus de 7,9 millions de tiges), 59 sur rose (4,2 millions de tiges) et 39 sur les autres espèces (13,9 millions de tiges).

Pour accompagner au mieux les entreprises sur la voie de la transition écologique, une nouvelle technicienne a été recrutée cette année et des investissements ont été consentis pour aménager et équiper le laboratoire de l’association, dont l’activité monte en puissance. Plus de 300 analyses de sols y ont été réalisées l’an dernier. "Cela montre notamment que les producteurs portent une attention particulière pour raisonner leurs fertilisations, et les mettre à jour", explique Marie-Madeleine Bazzano, technicienne de Phila-Flor. Entre 2018 et 2020, le groupement de producteurs, soutenu financièrement par la métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM), a notamment pu investir dans une nouvelle hotte, une armoire de stockage et un spectrophotomètre. "Le laboratoire est devenu indispensable à nos actions et à leurs suivis", souligne Jean-Claude Véga. Une partie de la subvention allouée par TPM finance, par ailleurs, une centaine d’analyses pour les producteurs.

Toujours dans l’intérêt général

En parallèle, l’association développe des projets collectifs avec les producteurs. "Ces actions nous permettent de mettre en place des tests grandeur réelle sur les exploitations des adhérents qui s’engagent, individuellement et collectivement, pour l’intérêt général", félicite Jean-Claude Véga. Phila-Flor participe ainsi désormais activement à quatre groupes de progrès qui s’intéressent aux trois cultures phares de fleurs coupées dans le département. Un premier projet, mené grâce au financement de TPM, concerne la fertilisation en pivoines et en anémones-renoncules. 'Star pivoine', porté par la Sica Marché aux fleurs de Hyères (Sica Maf), a par ailleurs été créé en début d’année, pour favoriser le développement d’itinéraires techniques plus économes en eau et en engrais, en parallèle de l’action 'Si-Fever', portée par le Scradh, sur la gestion de l’irrigation de la pivoine, en partenariat avec le Criiam Sud. Enfin, un GIEE fleurs coupées hors-sol a aussi vu le jour récemment, pour travailler plus spécifiquement sur la gestion de la ferti-irrigation et de ses effluents en cultures hors-sol. "Tous ces projets ont le soutien de collectivités locales, régionales et même du national, ce qui prouve leur nécessité pour la profession, ainsi que la qualité des travaux que nous y menons avec les producteurs et nos partenaires", souligne le président de Phila-Flor.

Menant de front de nombreuses initiatives, l'institution continue également d’accompagner les exploitations qui le souhaitent sur les certifications 'Plante bleue' ou Global Gap, ainsi que sur le montage de dossier de demande de subvention dans le cadre des Plans de compétitivités et d'adaptation des exploitations agricoles (PCAE). En plus de ces multiples activités, le groupement met en place les moyens nécessaires pour aider les producteurs à répondre à l’obligation de conseil stratégique phytosanitaire, devenu nécessaire au renouvellement du certiphyto. Sur le sujet, Jean-Claude Véga tient d'ailleurs à rappeler que "cette nouvelle contrainte est imposée par l’administration. Le groupement est là pour vous accompagner, pas pour faire la police", insiste-t-il en saluant les compétences et le dévouement déployés par l’équipe du groupement pour porter au quotidien "les ambitions et les réussites de la profession". Avant de conclure : "Phila-Flor ne fait pas disparaître les difficultés, mais Phila-Flor ne disparaît pas quand les difficultés se présentent.”

L’association peut compter, pour faire face aux défis à relever, sur le soutien de ses partenaires, parmi lesquels la mairie de Hyères, représentée par Lurent Cunéo, lors de l’assemblée générale de la structure. "En tant que consommateurs, on ne s’imagine pas toutes les difficultés derrière les magnifiques fleurs coupées que vous produisez", note l’adjoint de la Cité des palmiers à l’intention des producteurs.

Pour la Sica Marché aux fleurs, c’est Jean-Pierre Emeric qui salue "le travail des horticulteurs, malgré les contraintes environnementales" et la qualité des produits apportés sur le marché. "Phila-Flor représente un savoir-faire, un poids économique certain, mais aussi un poids social qu’il ne faut pas négliger", relève, pour sa part, Philippe Vaché, élu de la Chambre d’agriculture, en assurant le groupement de producteurs du soutien de l’institution consulaire. 

Gabrielle Lantes


© G. Lantes

HorticultureFleur coupée Phila-Flor Jean-Claude Véga Sica Marché aux fleurs horticulteurs