Formation courte et job dating pour soutenir l’emploi agricole

Publié le 28 mars 2022

Dernière étape de l’action de formation, le job dating du 9 mars a réuni 45 candidats et une douzaine d’employeurs. © G. Lantes

Afin de répondre au manque de main-d’œuvre qualifiée en viticulture, la Chambre d’agriculture du Var et la FDSEA – en partenariat avec Pôle emploi et Ocapiat – mettent en place une action de formation au plus près du terrain et des besoins.

On manque de main-d’œuvre sur les métiers de l’agriculture en général, et la viticulture ne fait pas exception. On trouve difficilement des candidats, et ils ne sont souvent pas formés“, observe André Lanza, viticulteur et secrétaire général de la FDSEA du Var. C’est sur la base de ce constat que le syndicat agricole et la Chambre d’agriculture – en partenariat avec Pôle emploi Le Cannet Cœur du Var et Ocapiat, opérateur de la formation agréé par le ministère du Travail – ont initié, l’an dernier, une action de formation courte (392 heures sur 3 mois) au métier d’ouvrier viticole polyvalent option tractoriste.

Pour la deuxième session organisée entre décembre 2021 et mars 2022, 13 stagiaires ont été sélectionnés par la Chambre d’agriculture et Pôle emploi. “Ce sont des personnes issues d’horizons divers, en reconversion professionnelle principalement. Et quasiment la moitié est représentée par des femmes. Le principal critère de sélection, c’est la motivation“, présente Cécile Lemoine, conseillère en formation de la Chambre d’agriculture. Axée sur la pratique, la formation est assurée par des conseillers viticoles de la Chambre et des viticulteurs formateurs. Elle inclut dix jours de stages en entreprise et l’obtention du Certiphyto.

Pour Amandine Passoni, 21 ans, l’opération a été l’occasion de gagner en compétences et en expériences. “Je me suis inscrite à Pôle emploi juste après mon BTS viti-œno, et cette formation m’a permis de me former au tracteur et de me perfectionner dans les travaux de la vigne. En tant que jeune, je pense que c’est un atout d’avoir différents bagages pour se démarquer sur le marché de l’emploi“, témoigne la jeune femme.

Et pour mieux accompagner les stagiaires vers l’emploi, la formation proposée s’achève par un job dating qui met en relation employeurs et potentiels employés. Le rendez-vous organisé le 9 mars au circuit automobile du Luc, également ouvert à des demandeurs d’emploi proposés par Pôle emploi, a réuni près de 45 candidats qui ont pu rencontrer 10  domaines viticoles et un cabinet de recrutement agricole.

Pour un accès rapide à l’emploi

Fraîchement arrivée dans le département avec son conjoint militaire, Loana Prod’homme est pleinement satisfaite de l’initiative. “Après mon bac pro, j’ai travaillé cinq ans en centre équestre, puis je suis partie dans un élevage bovin lait. En arrivant dans la région, la formation était une belle opportunité pour mieux connaître l’agriculture d’ici. J’ai appris beaucoup sur la vigne et la manipulation des engins. J’ai pu me faire des contacts grâce au stage et j’ai déjà des pistes, via une agence de recrutement. Je suis plutôt confiante, c’est encourageant pour la suite“, explique-t-elle. Le suivi des stagiaires de la session précédente plaide en tout cas dans le bon sens : sur les 11 stagiaires de 2020-2021, 9 sont toujours en activité dans le secteur agricole.

Pour André Lanza, la clé du succès de cette action de formation est la synergie entre les différents partenaires impliqués. “C’est important de pouvoir conjuguer les forces des différents organismes, pour connaître les besoins des exploitants et y apporter des réponses adaptées. C’est tout l’intérêt de ce dispositif. Les stagiaires, qui arrivent au terme de cette formation, savent de quoi il retourne et choisissent le monde agricole en connaissance de cause. Quant aux viticulteurs, ils savent qu’ils ont, face à eux, des candidats opérationnels, qui connaissent la vigne et savent conduire un tracteur“, souligne-t-il pour la profession.

Fortes des résultats obtenus, la Chambre d’agriculture et la FDSEA prévoient deux autres actions de formation sur le même modèle en 2022. Une première, qui doit débuter en avril, sera consacrée au poste de secrétaire viti-vinicole. La deuxième, pour laquelle la phase de sélection est en cours, formera des ouvriers polyvalents en maraîchage. Dans le même esprit et en parallèle de ces actions de formation, la FDSEA travaille sur la connaissance et l’attractivité des métiers de l’agriculture, en organisant des stages de découverte, en partenariat avec Pôle emploi.

Gabrielle Lantes

Contact :

Service formation et emploi de la Chambre d’agriculture

Cécile Lemoine, 06 68 24 91 62, emploi@var.chambagri.fr


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureEmploi main-d'œuvre formation FDSEA du Var Chambre d'agriculture du Var