Grêle : un dispositif d’aide exceptionnelle à mobiliser rapidement

Publié le 10 octobre 2022

Les services de l’État et la profession agricole se sont réunis le 27 septembre en préfecture de Toulon, afin de faire le point sur les aides mobilisables. © DR

Mi-septembre, l’État débloquait un fonds d’urgence de 500 000 €, pour venir en aide aux exploitations varoises sinistrées par la grêle en août dernier. Les dossiers sont à déposer au plus tard le 14 octobre.

Les orages de grêle d’août 2022 ont touché de nombreuses exploitations agricoles du département, notamment sur les communes de Bormes-les-Mimosas, La Londe, Hyères, Carqueiranne, Le Pradet, La Crau ou encore Brignoles. Depuis, la Chambre d’agriculture a recensé plus de 130 entreprises impactées. Horticulture et maraîchage sont les deux filières les plus concernées, viticulture et arboriculture enregistrant également des dégâts.

Le 25 août, le préfet, Evence Richard, était alerté par la profession agricole sur les difficultés rencontrées par les agriculteurs et agricultrices sinistrées à l’occasion d’une visite de terrain, à la suite de quoi, mi-septembre, l’État débloquait un fonds d’urgence d’aide à la trésorerie de 500 000 €.

Critères et délais d’attribution à respecter

Ce 27 septembre, une réunion de suivi rassemblant les services de la préfecture, ainsi que les représentants de l’agriculture varoise et leurs partenaires est venue préciser la mise en œuvre du dispositif.

Ouvert aux agriculteurs à titre principal ayant subi des pertes de récolte et présentant des difficultés de trésorerie, le fonds d’urgence a vocation à être distribué dans les plus brefs délais. Les dossiers de demande sont donc à compléter au plus vite et à envoyer aux services préfectoraux, au plus tard le 14 octobre1. Ils seront examinés au cas par cas par une commission dédiée, le 21 octobre.

Le montant de l’aide sera attribué en tenant compte de la proportion de culture sous serre verre, des dégâts subis antérieurement, des dettes bancaires et du statut de jeune agriculteur, dans la limite de 5 000 € par exploitation.

Si la profession agricole salue l’ouverture de ce fonds exceptionnel, les limites du dispositif sont aussi pointées, le montant des dégâts pouvant atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros sur les exploitations les plus mises à mal.

Le sinistre vient également rappeler les fortes attentes des représentants de l’agriculture varoise quant à la réforme en cours du système des calamités agricoles.

Se pose enfin la question des possibilités d’investissement dans du matériel serre résilient, les structures étant globalement vieillissantes dans le Var. La Chambre d’agriculture a engagé la réflexion avec la Région sur ce sujet.
Pour l’heure, les entreprises sinistrées peuvent– en parallèle du fonds d’urgence d’aide à la trésorerie et sur demande individuelle – solliciter un dégrèvement de la TFNB et des mesures de chômage partiel auprès des services compétents de l’État, ainsi qu’un étalement ou une prise en charge partielle de leurs cotisations auprès de la MSA. Un arrêté préfectoral autorise par ailleurs l’achat de vendange et de moût sur les secteurs sinistrés.

Gabrielle Lantes

(1) Détail des démarches sur : https://bit.ly/3UTmO5c


OPA - Serv. publicsGrêle aide exceptionnelle préfecture du Var