L’interprofession se donne les moyens de ses ambitions

Publié le 17 juillet 2019

Pour le président du CIVP, Jean-Jacques Bréban : “Le vignoble récolte enfin les fruits des années de travail pour porter haut le rosé de Provence”.

Lors de son assemblée générale du 4 juillet aux Arcs-sur-Argens, le Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP) a voté, à l’unanimité, une augmentation de 25% de son budget. Objectif ? Accompagner la montée en gamme de la production et son développement sur les marchés.

Seul vignoble mondial spécialisé à 90 % sur le rosé, la Provence, référence incontournable sur la couleur qui a fait son succès, entend bien conserver son leadership. Et dans cette perspective, elle se dote de moyens supplémentaires. “Les rosés et les Vins de Provence connaissent un succès sans précédent au niveau mondial. Le vignoble récolte enfin les fruits de nos années de travail pour porter haut le rosé de Provence. Mais cette réussite attire envie et convoitise. À l’heure où la consommation de vins rouges chute, de nombreux vignobles se lancent, ou se renforcent, sur le vin rosé : Languedoc bien sûr, mais aussi Bordeaux, Rhône, Beaujolais, Californie, Australie, Afrique du Sud, Italie… ! La concurrence s’accroît donc et profite, de manière opportuniste, de notre manque de volumes depuis deux récoltes”, souligne Jean-Jacques Bréban, qui poursuit : “Ces aléas de production sont malheureusement venus stopper nos progressions sur les marchés. Nous continuons à progresser, ou nous nous stabilisons, sur le grand export, mais nous perdons des parts de marché en France ou dans les pays proches. Nous sommes donc à la croisée des chemins”, expose-t-il.

À l’offensive sur la montée en gamme et la diversification des marchés

Dans ce contexte toujours plus concurrentiel, les Vins de Provence font le choix de l’offensive. “Ne gâchons pas tout notre potentiel, et toutes ces années de travail, par une logique moins-disante et malthusianiste, en maintenant le manque de produit ! Notre statut de vignoble de référence des vins rosés exige que nous allions de l’avant, sur la qualité et l’environnement, comme sur la maîtrise des équilibres économiques ou l’image et la valeur de nos vins”, tranche le président du CIVP.

C’est dans cet esprit qu’une augmentation de la cotisation volontaire obligatoire a été unanimement acceptée. Se faisant, le CIVP augmente son budget de 25 %. Celui-ci dépassera ainsi les 6,8 millions d’euros (M€) en 2020, contre un peu plus de 5,4 M€ en 2019. Cet effort commun, “marque de confiance” pour Jean-Jacques Bréban, viendra porter le plan de développement construit par l’interprofession pour les cinq ans à venir. Celui-ci s’articule autour de trois axes : soutenir et conforter l’image et le positionnement premium des Vins de Provence ; pousser à la diversification des marchés ; accompagner la réduction de l’empreinte environnementale et l’adaptation au changement climatique.

Alors que la France, les États-Unis et l’Angleterre représentent 90 % des marchés de Vins de Provence, la stratégie vise à diversifier les marchés à l’export, tout en stabilisant le marché intérieur. L’objectif du CIVP est de distribuer 40 % à 45 % de la production à l’export, et 55 % à 60 % sur le marché français. “Nous pensons que l’on peut encore progresser en Amérique du Nord et sur certaines destinations européennes. Mais nous voulons surtout mettre l’accent sur la zone Asie / Pacifique”, résume le directeur du CIVP, Brice Eymard.

Ainsi l’interprofession prévoit de maintenir ses actions sur les marchés existants, tels que les États-Unis et l’Angleterre ; de renforcer sa présence sur des pays tels que l’Allemagne ou le Canada ; et de développer de nouveaux programmes sur la Chine, Hong-Kong, le Japon, la Corée, Singapour ou encore l’Australie et la Nouvelle-Zélande, en réussissant à se positionner comme référence. “Maîtriser l’équilibre économique et le positionnement du produit ; mais aussi assurer une cohérence tarifaire dans la gamme et sur les circuits est essentiel”, souligne Brice Eymard.

Gabrielle Lantes


Le CIVP a tenu son assemblée générale le 4 juillet à la Maison des Vins des Côtes de Provence, aux Arcs-sur-Argens.

CIVP rosés Jean-Jacques Bréban Brice Eymard assemblée générale marché