La Coordination rurale déterminée à faire entendre sa voix

Publié le 08 janvier 2019

Une partie des candidats de la Coordination rurale rassemblée à Hyères chez Patrick Artufel, producteur de spiruline, pour la présentation du projet du syndicat.

Derrière leur tête de liste, Max Bauer, les candidats du syndicat veulent porter un projet pragmatique pour apporter des réponses concrètes aux agriculteurs.

“C’est une liste où on trouve l’ensemble des productions et des territoires. Nous voulons mettre en place une gestion pragmatique, pour que la Chambre d’agriculture soit au service des agriculteurs. D’où le choix du slogan : Avec vous, il est temps de rendre l’agriculture aux agriculteurs”, entame Max Bauer.

“Il n’est pas normal que des agriculteurs se demandent à quoi sert la Chambre d’agriculture. Il est grand temps de leur permettre d’en devenir acteurs”, explique-t-il, en plaidant pour plus de transparence, notamment sur le financement et la gestion de l’institution consulaire. Dans ce but, le candidat de la Coordination rurale défend plusieurs propositions. “Pour commencer, il sera indispensable de faire le point sur les besoins du terrain et les missions de la Chambre, en concertation avec les agriculteurs, mais aussi avec ses techniciens et ses salariés”, détaille-t-il.

La Coordination rurale entend aussi mettre en place un numéro unique sur le modèle d’Allô Mairie. “Ce sera une plateforme ‘Allo Agri’, via laquelle les agri­culteurs pourront faire état de tous leurs problèmes, et où des personnels formés pourront leur apporter des répon­ses”, expose Max Bauer. Avant d’expliquer : “L’idée est d’avoir une photogra- phie précise de toutes les difficultés rencontrées par les agriculteurs, de sorte à être le lien, la courroie de transmission, avec la Safer, la MSA et les différents organismes en lien avec l’agriculture. Il faut qu’une Chambre puisse trouver des solutions appropriées”.

Autre mesure portée par la CR 83 : la création d’un journal mensuel gratuit. “Il s’agira d’informer les agriculteurs du travail de la Chambre, de ce qui se passe sur le territoire, et de donner la parole aux agriculteurs, sous forme de témoignages”, précise Max Bauer.

Au service des agriculteurs

Le candidat propose, par ailleurs, de porter des campagnes de financement participatif pour accompagner l’installation. “Il y a là un double enjeu : dynamiser les projets en montrant la détermination de la Chambre, mais aussi im- pliquer les citoyens et consommateurs”, estime Max Bauer.

Troisième axe à développer pour le syndicat : le maillage du territoire. “Il nous faut créer un réseau d’agriculteurs sentinelles dans le plus de communes possibles, de sorte à porter le ressenti et les besoins du terrain, et faire le relais auprès des techniciens et des administratifs de la Chambre, mais aussi auprès des organismes agricoles et de l’administration”, plaide Max Bauer.

“Pour ce qui est de l’administration, il y a trop de dossiers, trop d’études, trop de réunions qui n’apportent rien ou presque, comme nous l’avons vu pour l’horticulture. Nous crevons de ces pertes de temps, nous voulons du concret”, poursuit-il. Dans le même esprit, la tête de liste de la CR 83 entend “travailler avec tous les élus du territoire qui doivent être des partenaires pour construire l’agriculture. Quand on parle avec des arguments clairs, on arrive à se faire entendre. Dans le Var aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir une DDTM à l’écoute, même si les décisions ne vont pas toujours dans le bon sens. Mais en expliquant les choses, nous pouvons faire bouger les lignes”, renchérit Christian Rastello, viticulteur et deuxième de liste.

Deux thèmes de campagne sont plus particulièrement développés par la Coordination rurale du Var. A commencer par le phytosanitaire. “Il faut instaurer une politique cohérente en la matière. Nous ne traitons pas pour le plaisir et nous ne comprenons pas pourquoi certains produits, utilisés en maraîchage, ne peuvent pas l’être en horticulture par exemple. Il faut pouvoir travailler, faire valoir les intérêts de l’agriculture, et recréer du lien”, défend Max Bauer. L’irrigation apparaît comme un autre enjeu majeur. “Aujourd’hui, une irrigation maîtrisée permet de préserver le végétal, de sécuriser les rendements et les volumes. Nous encourageons l’accès au Canal de Provence où c’est possible, mais sommes aussi pour les retenues collinaires et les arrosages autonomes”, expose Christian Rastello.

“La chose la plus importante est de rester pragmatique. Les promesses restent trop souvent de belles paroles. La Coordination rurale se mettra au service des agriculteurs pour que, dans six ans, plus aucun ne demande encore à quoi sert une Chambre d’agriculture. La Chambre doit avoir une seule détermination, celle de défendre l’agriculture et les agriculteurs avant tout”, conclut Max Bauer

G. Lantes


OPA - Serv. publicsSyndicalismeélections syndicalisme Chambre agriculture Var Max Bauer