Les apiculteurs du Var réclament des moyens contre le frelon asiatique

Publié le 22 mai 2019

Georges Cecconi, avec ses ruches, à la Lieutenante.

Face à la menace de plus en plus problématique du frelon asiatique sur les ruchers, l’Union des apiculteurs du Var plaide pour le piégeage généralisé, et demande des moyens pour protéger la filière et le territoire.

“Seuls, les apiculteurs n’arriveront pas à se débarrasser du frelon asiatique. Dans le meilleur des cas, on arrive à limiter un peu le développement des populations, mais c’est un véritable fléau qui complique énormément le métier”, alerte Georges Ceconni, secrétaire de l’Union des apiculteurs du Var (UAV). Apiculteur amateur depuis près de 50 ans, et propriétaire d’une trentaine de ruches, il est installé à Puget-sur-Argens. Ces dernières années, il a pu constater le développement inquiétant du frelon asiatique. Et la pression devient de plus en plus difficile à gérer pour les apiculteurs.

Un fléau pour les ruches

Au printemps, pour protéger ses ruches lorsque le frelon se réveille de son hibernation, il met en place des pièges artisanaux, réalisés avec des bouteilles en plastique coupées en deux, dont la partie supérieure est placée à l’envers dans la partie inférieure. “Nous mettons dans les bouteilles un mélange de sirop, de bière brune et de vin blanc, qui va attirer les frelons et piéger les fondatrices, qui quittent le nid pour fonder de nouvelles colonies. Nous perçons les bouteilles de petits trous qui laissent sortir d’autres espèces plus petites”, explique l’apiculteur.

“Le problème, c’est que le frelon se nourrit à 80 % d’abeilles. A partir de la fin juin, il va préférer le carné au sucré pour nourrir ses larves. C’est là que commencent les attaques incessantes, et cela jusque fin octobre. Le frelon se met en vol stationnaire devant la ruche, et attaque les abeilles qui en sortent. Du coup, ces dernières ne sortent plus, ne produisent plus de nectar et la reine ne pond plus. Faute de ressource, et parce qu’il n’y a pas eu la régénérescence nécessaire des générations, les ruches ne passent pas l’hiver. Donc, en plus de tuer les abeilles pour les manger, le frelon affaiblit les ruches, qui finissent par mourir. On en perd énormément. Et c’est de plus en plus important”, poursuit-il.

Un risque qui dépasse l’apiculture

“Les premiers frelons sont arrivés il y a six, sept ans, mais nous arrivions encore à travailler. Aujourd’hui, nous avons de plus en plus de retour d’expérience de collègues qui perdent parfois toutes leurs ruches. Nous sommes obligés de transhumer si nous voulons continuer. De même pour les essaims, qu’on avait pourtant l’habitude de garder à proximité pour pouvoir s’en occuper au mieux.” Dès le mois de juin, Georges Ceconni emmène ses ruches sur Valensole et Canjuers, “des secteurs de montagne encore préservés”.

“C’est de pire en pire, et pour le moment, concrètement, rien ne se fait”, déplore l’apiculteur. Il plaide pour la mobilisation de tous : pouvoirs publics et particuliers. Car “le frelon n’est pas seulement le problème des apiculteurs, c’est l’affaire de tous”, souligne-t-il. “On connaît l’importance de l’abeille pour l’agriculture, mais aussi pour l’humanité dans son ensemble. Ce fléau ne concerne pas seulement l’apiculture, c’est un risque majeur pour la biodiversité. De plus, le frelon, se nourrissant de matière carnée, mais aussi de sucre, pourrait représenter un danger pour d’autres insectes ou d’autres productions comme les fruits”, alerte Georges Ceconni. L’apiculteur plaide pour la généralisation du piégeage au printemps et à l’automne, lorsque le frelon cherche en priorité une nourriture sucrée. “Les pièges fabriqués avec des bouteilles en plastique sont simples à réaliser. Plus on piègera, plus on capturera de frelons. Il faut que les collectivités et les particuliers collaborent pour organiser le maillage du territoire.”

G. LANTES


Au printemps, l’apiculteur installe des pièges simples à fabriquer pour piéger le frelon asiatique.

Autres productionsApiculture frelon asiatique Union des apiculteurs du Var UAV Georges Cecconi