Les pivoines de l’espoir

Publié le 21 avril 2020

Les deux Chambres en appellent aux particuliers et invitent tous les Varois à égayer leur confinement en achetant des pivoines du Var.

Depuis la mise en place du confinement, l’horticulture a basculé dans l’inconnu, avec la fermeture de tous ses points de vente. La filière étant gravement menacée, la Chambre d’agriculture du Var et la Chambre de commerce et d’industrie du Var s’unissent pour soutenir les horticulteurs varois, en sensibilisant les grandes et moyennes surfaces et en les invitant à soutenir cette filière dans leurs points de vente.

Les équipes des deux chambres consulaires ont d’ores et déjà pris contact avec l’ensemble des plates-formes d’approvisionnement, afin de les sensibiliser et de leur proposer une offre pivoines, dès le 15 avril. À ce jour, les enseignes Leclerc, Intermarché, Casino et Carrefour ont répondu favorablement à cet appel.

Depuis plusieurs années, l’horticulture varoise a misé, notamment, sur le développement de la production de pivoines, à son apogée sur les mois d’avril/mai. Cette production représente d’ailleurs deux tiers du chiffre d’affaires de la filière fleurs coupées sur la saison de printemps, pour le Var, avec plus de dix millions de tiges produites et commercialisées, une centaine de producteurs de pivoines et plus de sept millions d’euros de chiffre d’affaires chaque année, fortement concentrés sur le mois d’avril.

Les deux chambres en appellent aux particuliers et invitent tous les Varois à égayer leur confinement en achetant des pivoines du Var. “En cette période de crise inédite, il est essentiel de sensibiliser les acteurs de la moyenne et grande distribution, dont l’avenir des producteurs dépend très largement. La filière horticole a un caractère unique, car elle réalise une grande partie de son chiffre d’affaires au mois d’avril. Or il n’y a plus de vente possible avec les mesures de confinement, ce qui est catastrophique !“, note Jacques Bianchi, président de la CCI du Var. “Si personne ne soutient les entreprises horticoles, elles disparaitront dans les six mois. Soutenir nos agriculteurs locaux, c’est un enjeu économique majeur, mais c’est aussi préserver notre région d’un point de vue environnemental et social. Nous remercions les enseignes partenaires, mais nous n’oublions pas tous les fleuristes qui subissent de plein fouet les effets du confinement. Nous espérons que le Gouvernement pourra apporter des alternatives rapidement à cette profession, elle aussi en danger“, complète Fabienne Joly, présidente de la Chambre d’agriculture du Var. 

Céline Zambujo
d’après documents


HorticultureHorticulture pivoine Chambre d'agriculture du Var