Lis : une fleur noble au banc d’essai

Publié le 12 avril 2019

Produit toute l’année, le lis réclame une gestion rigoureuse des plantations, et une bonne maîtrise du climat sous serre.

En début d’année, la commission Lis, du Scradh, a permis de faire le point sur les travaux engagés depuis 2015.

Production spécialisée, souvent d’assez grande taille, la culture du lis présente l’avantage d’être continue. Produite toute l’année, la fleur exige, en revanche, beaucoup de rigueur en matière de gestion des plannings de plantation, d’occupation des serres, et de commandes. “C’est une culture relativement simple, avec peu de problèmes de maladie et de ravageurs. En revanche, il y a des contraintes d’organisation et de gestion du climat”, explique Michel Mallait, technicien de la Chambre d’agriculture, intervenant au Scradh.

Ces quatre dernières années, plusieurs essais ont été menés sur 16 séries et 30 variétés. Des évaluations variétales ont notamment pu être menées, les exigences climatiques variant en fonction de la variété. Le type d’abri et le climat de la serre, ainsi que la pré-germination des bulbes et le rapport calibre/densité, ont aussi fait l’objet d’expérimentations au Scradh.

Les producteurs, réunis au sein de la commission dédiée, ont exprimé l’intérêt de poursuivre les travaux de maîtrise du climat en hiver, dans la mesure où comme nombre d’autres espèces, le lis se vend bien à l’approche des fêtes de fin d’année. Le Scradh doit aussi conduire des essais d’éclairage d’accumulation pour une production en jour décroissant, le manque de lumière causant sur la culture des problèmes d’avortement. Les travaux à venir s’orienteront sur l’innovation variétale avec les lis à fleur double.

G. Lantes


HorticultureFleur lis scradh