Nouvelle saison sur les Marchés des producteurs de Pays

Publié le 27 juin 2022

À Lorgues, le marché saisonnier des producteurs de pays réunit une quarantaine d’agriculteurs et d’artisans. © G. Lantes

Permanents ou saisonniers, les Marchés des producteurs de Pays sont des espaces privilégiés de rencontre entre producteurs et consommateurs. Visite à Lorgues, sur l’un des dix marchés du Var.

Marque des Chambres d’agriculture, les Marchés des producteurs de Pays (MPP), attachés au label ‘Bienvenue à la ferme’, rassemblent, dans le département, près d’une centaine d’agriculteurs et artisans locaux sur quatre marchés permanents, deux marchés saisonniers et quatre marchés festifs.

Et, comme de coutume, le marché saisonnier de Lorgues – inauguré le 10 juin dernier – vient lancer une nouvelle saison pour les MPP. Ici, au plus fort de cette campagne estivale, 26 agriculteurs, 9 artisans de bouche et 5 artisans d’art se réunissent le vendredi sur le cours de la République, en plein cœur du village.

La garantie de produits de proximité

Après deux années perturbées par les mesures sanitaires de lutte contre le Covid, un air de renouveau semble presque rafraîchir l’atmosphère caniculaire de cette fin de printemps. “On est ravi de retrouver les agriculteurs et artisans locaux qui répondent présents sur ces beaux marchés”, se réjouit Max Doléatto, élu de la Chambre d’agriculture du Var sur le secteur de la Dracénie. “Maintenant, on va voir si le public est au rendez-vous et on attend les clients du cru, comme les touristes”, lance-t-il en souhaitant une belle saison aux exposants.

Si le démarrage est relativement calme, la clientèle apprécie les atouts des ces marchés uniquement réservés à des producteurs locaux, qui s’engagent à respecter une charte garantissant l’origine, la qualité et la traçabilité des produits. “En plus  d’être de qualité, les produits des Marchés des producteurs de pays ont une empreinte carbone moindre que ceux du supermarché, et ils sont souvent moins chers !”, défend Max Doléatto.

En lien avec les collectivités et producteurs locaux, la Chambre d’agriculture gère cette année dix MPP à travers le département.

Ici on est bien visible, on n’est pas noyés au milieu des coques de téléphone et des serviettes de plage”, observe Camille Gross, du côté des agriculteurs. Éleveuse de volailles à Vidauban – comme ses parents et ses grand-parents avant elle –, elle propose œufs, poulets et pintades de plein air. “On travaille en agriculture raisonnée, le plus naturellement possible, sans antibiotique, ni OGM. Et on laisse le temps à nos bêtes de grossir tranquillement”, présente l’agricultrice. Voilà 20 ans que Camille Gross travaille au sein de l’entreprise familiale, dont elle a repris les rênes il y a deux ans. Sa production est entièrement valorisée en vente directe, à la ferme, en Amap et sur différents marchés. “On élève, on abat et, à l’exception de quelques restaurateurs qu’on fournit, on vend directement du producteur au consommateur”, souligne-t-elle. Les marchés, elle connaît, et le très prisé MPP de Lorgues a une dimension particulière. “Cela faisait trois ans que je candidatais et, cette année, enfin, une place s’est libérée ! Je fais aussi le marché traditionnel du mardi à Lorgues et, sur le marché des producteurs, les gens sont plus des acheteurs que de simples promeneurs, ils savent pourquoi ils viennent”, assure l’éleveuse.

Une ambiance particulière

Souvent, les gens qui viennent sur ce marché sont déjà sensibilisés aux avantages du circuit court. Ils viennent trouver des produits de qualité, avec l’envie de soutenir les producteurs locaux”, confirme Éva Toscano, productrice de plantes aromatiques, médicinales et à parfum (PPAM), entre Cotignac et Correns. Elle aussi fait sa toute première saison sur le MPP de Lorgues. Elle y commercialise plantes sèches, huiles essentielles, hydrolats et autres produits à base d’huile d’olive et de plantes. Elle vend l’ensemble de sa production en direct, sur sa ferme – où elle organise des ateliers de cueillette et de transformation – ainsi que sur différents marchés.

La visibilité offerte par les Marchésde producteurs de pays est d’autant plus importante pour elle que l’agricultrice, installée en tant que cotisante solidaire depuis 2019, a vu le démarrage de son activité contrarié par la crise sanitaire. Réputé, le marché des producteurs de Lorgues lui permet “de se faire connaître. Je fais des marchés sur ma commune et dans les environs, et je trouve qu’on est plus valorisé sur un marché de producteurs que sur un marché traditionnel. Il y a une certaine éthique”, apprécie Éva Toscano.

L’ambiance qui règne ici est aussi particulièrement appréciée des exposants. “Je trouve vraiment intéressant de se retrouver avec des gens qui, en tant que producteurs, partagent les mêmes préoccupations et le même quotidien. Ça donne de beaux échanges, c’est très convivial”, souligne la productrice de PPAM.

Le lien avec la clientèle – avec laquelle chaque exposant peut parler de son histoire, de son métier et de sa façon de le faire – est aussi essentiel. Et les consommateurs sont friands de ces contacts privilégiés. À Lorgues, les exposants du MPP saisonnier les rencontrent chaque vendredi, jusqu’en octobre.

D’autres marchés temporaires viendront rythmer la saison qui s’ouvre tout au long de l’été. Plusieurs marchés festifs sont notamment programmés en lien avec des évènements organisés par les Jeunes agriculteurs du Var. 

Gabrielle Lantes


OPA - Serv. publicsMarchés des producteurs de pays Lorgues Chambre d'agriculture du Var