Reconquête agricole : des outils pour regagner du terrain

Publié le 11 mai 2021

Le préfet, Evence Richard, la présidente de la Chambre d’agriculture, Fabienne Joly, et son vice-président, Sylvain Audemard, ont salué le travail des services de la Chambre et de l’État. © G. Lantes

Porté par la Chambre d’agriculture et l’État, le Plan départemental de reconquête agricole entre dans sa phase opérationnelle, pour soutenir le développement des activités agricoles.

Après plus de deux ans de travaux, le Plan de reconquête agricole, construit dans la concertation, se concrétise au terme de plusieurs mois d’enquête auprès des filières du département, de réunions avec les collectivités et d’ateliers thématiques de travail, qui ont réuni les différents acteurs concernés. “Dans le Var, les surfaces agricoles sont tendanciellement à la baisse sous la pression de l’urbanisation et de l’artificialisation des sols, alors que le département compte des filières agricoles extrêmement dynamiques et prospères, qui ont besoin de visibilité et de perspectives. La démarche vise donc à identifier les potentiels, et à mettre en place différents moyens pour rendre des espaces à l’agriculture”, rappelle le préfet du Var, Evence Richard.

Accompagner agriculteurs et porteurs de projet

Dans ce but, le Plan d’actions présenté en préfecture, le 16 avril, se décline en quatre axes d’actions, dont la finalité est de récupérer du foncier en conciliant enjeux agricoles et environnementaux. Le premier est la création d’une boîte à outils permettant de mettre à disposition des informations utiles aux porteurs de projet. Celle-ci s’appuie notamment sur un atlas géographique (géoportail) amélioré et déjà ouvert à tous, portail qui donne accès aux différentes caractéristiques des terres (zonage réglementaire, enjeux environnementaux, potentiel agronomique...). Outil d’aide à la décision, cette cartographie doit faciliter la construction des projets, grâce à une meilleure prise en compte des contraintes. Un programme d’informations et de formations, sur les différents outils réglementaires à mobiliser, est également à l’œuvre. Une première session consacrée à la mise en valeur des terres incultes est d’ores et déjà complète. Une autre doit porter sur la longue, coûteuse et complexe procédure d’autorisation de défrichement. L’édition d’un guide de pratiques agro-environnementales est aussi prévue.

Le deuxième axe porte sur l’accompagnement des politiques territoriales. Les échanges avec les 12 intercommunalités du département ont été particulièrement riches, chacune ayant chiffré ses objectifs en termes de surfaces à l’horizon 2030 et défini ses priorités (lutte contre l’incendie, protection et animation foncière, soutien aux filières alimentaires...).

Le troisième champ d’action du Plan de reconquête est la création de dispositifs financiers, pour favoriser la mise en culture des terres. “Nous avons travaillé avec les banques sur les possibilités de prêts à remboursement différé. Nous réfléchissons également sur une aide à la remise en culture en lien avec les collectivités”, indique Fanny Alibert, responsable du service foncier de la Chambre d’agriculture, à la manœuvre sur le plan de reconquête avec toute son équipe.

Démarche et solutions novatrices

Enfin, le plan de reconquête prévoit la mise en place de solutions innovantes, parmi lesquelles une méthode collective de défrichement, de sorte à anticiper les projets nécessitant une demande préalable d’examen individuel à l’échelle des intercommunalités. Expérimentée pour la première fois en France en Cœur du Var, elle sera déclinée sur chaque territoire, afin d’accompagner les agriculteurs dans le montage de leur dossier. Une bourse foncière – permettant de mettre en rapport propriétaires forestiers et agriculteurs – doit également être déployée. “La priorité du Plan de reconquête porte sur les friches, mais il y a aussi un intérêt sur certains espaces boisés à potentiel agricole, où la nature qui nous est chère a repris ses droits”, précise la présidente de la Chambre d’agriculture, Fabienne Joly. Une proposition de loi pourrait être présentée concernant les conditions d’autorisation de défrichement. “On peut en être exempté, si les terres étaient cultivées il y a moins de 30 ans. Or, dans le Var la réorientation est souvent antérieure : il s’agirait donc d’augmenter ce délai”, explique Fanny Alibert. La députée, Sereine Mauborgne, est notamment impliquée sur le volet législatif. “L’objectif partagé est qu’agriculture et écologie aillent dans le sens de l’avenir, en comprenant et en levant les freins qui font qu’une terre agricole cesse de l’être et soit empêchée de le redevenir. Le ministère de l’Agriculture est très curieux de ce qui se fait dans le Var, et le modèle du Plan de reconquête pourrait d’ailleurs, à terme, être dupliqué ailleurs”, intervient l’élue.

Pour Fabienne Joly, la démarche est ainsi novatrice et porteuse “d’un développement cohérent et équilibré”, qui va de pair avec le travail mené en faveur de l’installation et de l’accès à l’eau.

Gabrielle Lantes


OPA - Serv. publicsPlan départemental de reconquête agricole Chambre d'agriculture du Var préfecture du Var