Sylvain Apostolo, éleveur de brebis et producteur de fromages bio à Sillans-la-Cascade

Publié le 05 mai 2020

Sylvain Apostolo, éleveur à Sillans-la-Cascade, considère que cette crise du Covid-19 a permis de montrer “toute la pertinence de l’agriculture paysanne“.

Une diversification numérique accélérée

“Nous commercialisons notre production fromagère – tommettes, tommes et Brousses du Var… – via Natur’Halle un point de vente de producteurs à Draguignan, d’une part, et un réseau d’une trentaine de revendeurs présents sur les marchés de plein vent, d’autre part. Leur fermeture, conséquence des mesures de confinement, a provoqué un trou d’air, pendant la semaine qui a suivi cette décision. Nous avons donc pris la décision de diversifier nos circuits de distribution“, explique Sylvain Apostolo, éleveur de brebis et producteur de fromages bio, à Sillans-la-Cascade. Tout d’abord, l’exploitation a ouvert un compte producteur sur le site internet www.cagette.net1 : pour rappel, ce site met en relation des producteurs, désireux de vendre en direct, et des consommateurs. “En urgence, nous avons par ailleurs créé un site internet (www.lejasduvignal.fr), pour proposer des produits agricoles en vente directe“, sous forme de paniers, deux fois par semaine. “Nous avons aussi préféré, dès le départ, nous associer avec d’autres producteurs de Sillans et des environs“ : des pépiniéristes, une maraîchère, des viticulteurs, des producteurs d’œufs, de miels, d’aromates, de condiments, de conserves, de tisanes cosmétiques ont très vite rejoint l’aventure. “Tout cela nous permet de proposer une offre diversifiée et plus attractive que si nous nous cantonnions aux fromages, dans cette période de confinement où les consommateurs limitent leurs déplacements.

Aujourd’hui, alors que le déconfînement se profile à l’horizon, ces changements deviendront-ils pérennes pour l’exploitation ? “La question est encore en suspens. Je remarque en revanche plusieurs points : tout d’abord, notre stratégie de diversification des circuits de distribution nous a permis d’être moins impactés, contrairement à d’autres agriculteurs dont la production est commercialisée via un seul canal, comme la restauration. Deuxièmement, les circuits longs se sont effondrés, contrairement à la vente directe, qui a plutôt bien tenu le coup“, note le producteur. “L’enjeu, quand nous serons sortis de cette crise, est de développer l’agriculture paysanne qui a montré toute sa pertinence“, conclut-il.

Julien Dukmekjian


Autres productionsElevageCovid-19 confinement élevage agriculture paysanne