Un très joli millésime, mais pas que…

Publié le 23 février 2021

La dégustation du concours des courtiers assermentés de Paca-Corse s’est déroulée le 29 janvier, à Aix-en-Provence. © DR

Le concours des courtiers assermentés est venu, comme chaque année, couronner l’exigence qualitative de la production provençale, avec une nouvelle catégorie de vins non millésimés.

Initiés par les courtiers assermentés de Provence-Alpes-Côte d’Azur dès 2009, les concours des courtiers assermentés sont organisés chaque année sous l’égide du Conseil national des courtiers de marchandises assermentés. Agréés par la DGCCRF, ils rassemblent des jurys d’experts.

Cette année, pour la région Paca-Corse, des courtiers du Var, des Bouches-du-Rhône, du Languedoc et du Beaujolais étaient réunis, le 29 janvier, dans les locaux de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence. La 12e édition du concours a rassemblé pas moins de 350 échantillons d’IGP et AOC de Provence et de Corse, en rosé et blanc. La dégustation a permis de décerner 55 médailles d’or, 61 d’argent et 3 de bronze.

Du millésimé et du non-millésimé de qualité

Nouveauté du concours 2021, des rosés ont été primés en catégorie non millésimée. “C’est une catégorie que l’on avait créée en 2015, mais nous n’avions pas eu de candidat jusqu’à présent. Aujourd’hui, avec des stocks plus importants, les producteurs ont été plus réceptifs à la demande des courtiers”, présente Frédéric Ginoux, courtier en vins assermentés du Var. Pour la profession des coutiers, il s’agit de proposer des vins qualitatifs qui répondent notamment à la demande des marchés de marque. “Aujourd’hui, on a des rosés travaillés et suivis au froid, qui évoluent bien, gardent une certaine fraîcheur et sont préservés de l’oxydation. Sur des marques dédiées, c’est une proposition qualitative à faire aux acheteurs et aux consommateurs”, estime Frédéric Ginoux. “Aujourd’hui, seulement 15 % des consommateurs prêtent attention au millésime sur la bouteille. Le frein se fait plutôt ressentir sur la grande distribution, qui a l’habitude de basculer sur le nouveau millésime dès le premier janvier. Il y a un travail de pédagogie à faire, pour montrer que des vins non millésimés bien conservés, et bien travaillés, peuvent être tout à fait qualitatifs et ne pas montrer de signe de fatigue. C’est le cas des rosés non millésimés que nous avons primés”, poursuit-il.

Pour ce qui est du millésime 2020, le courtier le juge “très aromatique, avec de belles structures en bouche”. Un atout en cette période compliquée par les volumes non écoulés en CHR. “On est sur un joli niveau qualitatif. On espère maintenant qu’on aura une belle saison touristique, que les cafés et restaurants vont pouvoir rouvrir, et que les gens auront envie de convivialité, avec modération bien sûr”, conclut Frédéric Ginoux.

Gabrielle Lantes


ViticultureMillésime concours des courtiers assermentés Paca-Corse dégustation