Vignerons coopérateurs : “Soyons déterminés, ambitieux et conquérants”

Publié le 18 avril 2022

Joël Boueilh, président des Vignerons coopérateurs de France, et Laurent Rougon, président de la Fédération des caves coopératives du Var, s’accordent sur les enjeux de la coopération viticole. © G. Lantes

Renouvellement des générations, mutualisation, défis économiques et régionalisation étaient au centre des échanges de l’assemblée générale de la Fédération des caves coopératives du Var, qui accueillait le président de Vignerons coopérateurs de France le 31 mars, à Carcès.

Au terme d’une année 2021 mouvementée, l’assemblée générale de la Fédération des caves coopératives du Var a d’abord été l’occasion de faire le point sur la dernière campagne, notamment marquée par le vaste gel tardif du printemps. "Certaines caves ont subi de lourdes pertes. D’autres ont vu certains cépages repartir après le gel, c’était la belle surprise de l’été. Les vendanges se sont bien déroulées, mais avec des volumes de production irréguliers selon les coopératives", résume le président des Vignerons coopérateurs du département. La production en coopération reste finalement similaire à l’année précédente et avoisine les 625 000 hectolitres.

Côté commercialisation, entre déconfinement, vaccinations et nouveaux variants, 2021 n’a pas été simple, mais a néanmoins vu les ventes des vins de Provence repartir à la hausse. "Le retour de la croissance s’explique notamment par de bons résultats à l’export, tirés par des marchés européens, des circuits traditionnels en progression et une grande distribution qui résiste", observe Laurent Rougon. "Les exportations des vins de Provence, hors IGP, représentent aujourd’hui 42 % des volumes, et les acteurs coopératifs sont encore peu nombreux sur ce marché, mais une partie importante de notre production alimente ce segment. Nous avons su adapter nos produits à la demande des exportateurs. La force de la coopération – dans cette relation qui s’installe dans la durée – c’est notre capacité à garantir des volumes qualitatifs en quantité, malgré les aléas", observe-t-il. Au-delà de l’export, la montée en gamme des vins de Provence va de pair avec "des acheteurs de plus en plus exigeants et soucieux de leur approvisionnement", explique-t-il encore.

"La société change et elle change vite ! (...) Soyons déterminés, ambitieux et conquérants", lance Laurent Rougon, en invitant les caves à rester en mouvement, alors que les mutations à l’œuvre sont porteuses de multiples enjeux.

Renforcer l’outil collectif

L’un de ces enjeux est d'ailleurs de "s’inscrire dans cette évolution du marché, tout en consolidant nos outils et notre sociétariat", souligne le président de la Fédération départementale des caves coopératives. "Par le dialogue, des rapprochements ou des ententes commerciales, nous pouvons renforcer nos outils collectifs. C’est le sens de l’histoire de la coopération : mutualiser, se rassembler pour être plus fort. C’est d’autant plus important en ce moment, où de grandes maisons investissent en Provence. Pour construire une discussion saine et équilibrée avec elles, il faut être conscient de nos atouts", défend Laurent Rougon.

Dans cette perspective, la Fédération accompagne les caves qui souhaitent se rapprocher. Et son président est acteur de ce mouvement puisque le Comptoir des vins de Flassans, qu’il préside, et le Cellier de Gaspard de Besse-sur-Issole ont signé, en janvier, un traité de fusion. D’autres rapprochements sont en cours sur le département, notamment entre les caves de Gonfaron et de Pignans, qui visent une mutualisation de la vendange 2022.

Le travail engagé sur le renouvellement des générations va également dans le sens de la consolidation de la coopération viticole. La Fédération des caves coopératives a relancé sur le sujet sa commission attractivité. Deux outils doivent prochainement être mis en place : un guide d’accueil et une formation jeune administrateur. Un groupe 'Jeunes vignerons coopérateurs' (JVC) est également en cours de construction.

La Fédération a par ailleurs finalisé le dossier leader "Favoriser le renouvellement des générations en cave coopérative", en collaboration avec la Chambre d’agriculture du Var. Un état des lieux du sociétariat de 16 caves de Provence verte Sainte-Baume a permis de cartographier les parcelles dont la transmission n’est pas assurée, afin de favoriser l’arrivée de nouveaux coopérateurs. "Nous espérons pouvoir développer cet outil pour l’ensemble des territoires", indique Laurent Rougon.

Environnement : entre élan et pressions

La question de l’environnement est aussi de plus en plus présente dans la vie des caves. Et les vignerons coopérateurs se sont engagés massivement sur la voie de la certification Haute valeur environnementale (HVE) en particulier ces dernières années. S’il salue "l’élan des coopérateurs pour alléger leur empreinte sur le vignoble", Laurent Rougon dénonce, en parallèle, les pressions réglementaires "lorsque le respect de l’environnement est édicté par une application rigide d’une réglementation tortueuse". Pour le président des Vignerons coopérateurs, il convient de féliciter le "dialogue constructif" engagé par la Chambre d’agriculture avec l’administration, pour concilier protection de l’espace agricole et protection de la Tortue d’Hermann. Des itinéraires techniques sont en cours de validation, afin de travailler à la remise en culture de surfaces contraintes par le zonage de préservation de l’espace.

Rappelant les ravages causés par le terrible incendie de la plaine des Maures, l’été dernier, Laurent Rougon souligne toutefois l’intérêt de l’agriculture dans la protection des massifs, et appelle à défendre collectivement des "intérêts agricoles, pour que les conséquences de ce feu ne soient pas un durcissement des contraintes environnementales".

Régionalisation toujours en cours

La construction de Vignerons coopérateurs Sud au sein de La Coopération agricole Sud (LCA), déclinaison régionale de la fusion des structures nationales – LCA et Vignerons coopérateurs de France (VCF) – continue, enfin, d’occuper les Vignerons coopérateurs du Var. Mais la maison commune tarde à se construire. Depuis février, les Fédérations des caves coopératives du département, celle de Bouches-du-Rhône et LCA sont accompagnées par une animatrice, de sorte à lever les freins qui persistent. "Un tiers permet souvent d’y voir plus clair. Les membres du conseil d’administration des caves coopératives du Var ont la volonté d’aboutir. De gros défis nous attendent en Provence, la coopération se doit d’être unie, organisée et puissante pour conserver son poids et son influence", défend Laurent Rougon.

"La dynamique commerciale en Provence est positive. Il faut en profiter pour continuer à s’organiser. Aujourd’hui, la restructuration du réseau remet en cause des habitudes de fonctionnement. Mais il faut savoir participer à la dynamique de la coopération agricole au risque de rater le train de l’évolution", soutient le président des VCF, Joël Boueilh. L’établissement de rapports sains et sincères avec la coopération agricole est d’ailleurs l’un des axes du plan stratégique de VCF pour la période 2022-2024. Une feuille de route qui s’accorde avec les multiples enjeux évoqués par les caves coopératives du Var. "Continuons de faire ensemble un travail constructif dans l’intérêt de tous", insistent Laurent Rougon et Joël Boueilh.

Gabrielle Lantes


OPA - Serv. publicsCoopérationFédération des caves coopératives du Var Laurent Rougon Joël Boueilh coopération viticole HVE environnement